4 raisons d’exercer le metier de VTC en SASU

Le métier de chauffeur VTC est une activité indépendante qui peut s’exercer sous différents statuts. Au tout début de l’arrivée des opérateurs VTC, les chauffeurs se mettaient en auto entrepreneurs ou maintenant micro entrepreneurs.
Le choix de ce type de statuts semble plus facile au départ mais peut créer quelques soucis par la suite.
L’actualité récente avec le RSI ou les questionnements concernant l’assitte sur laquelle la TVA agira en sont les plus parfaites illustrations.
Il est donc opportun d’exposer les 4 raisons d’exercer le metier de chauffeur de VTC avec le statut de SASU.

Exercer en micro-entreprise vous confronte aux risques inhérents à l’entrepreneuriat. Dégâts, erreurs ou négligences, face aux imprévus mieux vaut être couvert par une assurance en Responsabilité Civile Professionnelle.

Les formalités du statut d’auto entrepreneur sont certes allégées mais en tant professionnel, vous restez responsable de vos prestations et de vos produits. En cas de mise en cause, une assurance Responsabilité Civile Professionnelle assurera votre protection contre les risques liés à votre activité.

1. La SASU, même avec des antécédants bancaires c’est facile à créer 

Vous devenez Chauffeur VTC parfois après avoir eu, avant, une activité plus ou moins réussie. La confrontation avec une banque est pour certain difficile. Déposer le capital social d’une société n’est pas toujours facile. Les banques verifient toutes vos antécédents avant d’accepter la relation commerciale avec vous.

Via C-KAPITAL.com vous avez la possibilité d’avoir votre attestation de dépot des fonds obligatoires pour le greffe du registre du commerce.

a responsabilité civile professionnelle, souvent désignée sous le terme de RC Pro, est l’assurance-vie de votre société. Un sous-traitant vous a fait faux bond au dernier moment, votre serveur informatique est en panne, vous avez diffusé involontairement un virus informatique à des clients, vos délais de livraison ont explosé… autant de préjudices pour lesquels votre client, surtout s’il s’agit d’un professionnel, ne manquera pas de se retourner contre vous. Si le manque à gagner est important, il ne se contentera pas d’une proposition de ristourne commerciale, mais pourra vous attaquer en justice. Si votre responsabilité est reconnue, votre client pourra réclamer des dommages-intérêts auxquels il faudra faire face. S’y ajoutent vos frais de défense et éventuellement d’expertise. De quoi mettre la clé sous la porte si vous n’avez pas d’assurance.

2. La SASU, même avec des antécédants bancaires c’est pas cher à créer

Fini le temps où vous ne deviez passer que par des avocats, notaires exeprts comptables qui prenaient 500 à 600€ HT pour vous faire vos statuts.

les temps changent.

Via C-KAPITAL.com vous avez la possibilité d’avoir vos statuts et toute la documentation obligatoire pour seulement de 99€ TTC.

mise en cause de la responsabilité de l’entreprise, l’auto-entrepreneur est en première ligne. En effet, juridiquement, l’auto-entreprise est une entreprise individuelle : elle se confond avec la personne de l’auto-entrepreneur. Il n’y a pas de structure sociale faisant écran entre l’entrepreneur et les tiers. Conséquence : si vos bénéfices ne permettent pas de faire face aux dépenses d’une mise en cause, vous aurez à puiser dans votre cagnotte personnelle, ainsi que celle de votre conjoint si vous êtes mariés sous un régime de communauté. L’assurance Responsabilité Civile Professionnelle de l’auto-entrepreneur protège votre famille d’un aléa professionnel.

3. La fiscalité de la SASU est uniquement sur ce qui est encaissé

Bien que non obligatoire, la Responsabilité Civile Professionnelle rassure vos fournisseurs sur votre solvabilité potentielle. La Responsabilité Civile Professionnelle permet aussi de vous prémunir contre un défaut de trésorerie qui pourrait vous empêcher de régler vos fournisseurs. En  effet, si vous avez causé un dommage lors de la réalisation de votre prestation, vous n’êtes pas seul et pouvez même, à titre conservatoire, faire appel à votre assureur qui indemnisera votre client. Par ailleurs, dans de nombreux cas, vos prospects vous demanderont, en amont de la conclusion du contrat de prestation, la communication d’une attestation d’assurance RC Pro.

4. votre Responsabilité sera toujours préservée. Votre Protection  

Lorsque vous avez besoin de faire un emprunt auprès de votre banque, votre conseiller évalue votre capacité financière ainsi que les risques inhérents à votre activité. Un défaut de paiement peut vous faire courir un risque en termes de solvabilité et rendre l’accès au crédit plus difficile. Dans ce cas, votre banquier appréciera que vous ayez souscrit, à titre professionnel, une Responsabilité Civile Professionnelle pour protéger votre trésorerie.

By | 2017-12-02T22:14:44+00:00 August 17th, 2017|METIERS, VTC|0 Comments